8 plateformes pour acheter et vendre des vêtements d’occasion

Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

Nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir acheter et vendre des vêtements d’occasion. C’est une bonne chose, car l’industrie textile est extrêmement polluante. De plus, je vous ai déjà parlé de ma mauvaise expérience avec le site Vinted (sinon, cliquez ici). Comme promis, je suis donc partie en quête de plateformes pour acheter des vêtements de seconde main.

La Reboucle : La Redoute version occasion

  • La Reboucle est une plateforme créée par La Redoute.
  • Ça fonctionne un peu comme Vinted. Les vendeurs s’inscrivent et déposent leurs annonces.
  • La Reboucle prend une commission de 5 % sur chaque vente.
  • La Redoute verse un bonus de 25 % si vous décidez d’utiliser votre cagnotte sur leur site.
  • On peut trouver des vêtements, des accessoires, et même des meubles. Le site est tout récent, donc il faut être patient, les ventes mettent un peu de temps à se faire, mais ça semble prometteur. À voir avec le temps.
  • Si vous revendez un produit que vous avez acheté sur le site de La Redoute, la mise en ligne du produit est bien plus rapide, car il est possible de reprendre les caractéristiques et photos du produit.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Chaussures éthiques : 3 bonnes raisons de s'en procurer

Dressing’Bis : vêtements d’occasion toutes marques par Promod

  • Il s’agit de la marque Promod qui a lancé sa boutique en ligne de vêtements d’occasion Dressing’Bis.
  • Le fonctionnement est également similaire à celui de Vinted.
  • L’avantage d’utiliser cette plateforme est que vous gagnez plus d’argent si vous décidez de placer l’argent de vos ventes dans la cagnotte Promod. Vous pouvez ensuite utiliser cet argent sur le site Promod ou en magasin. Il s’agit d’un bonus de 30 %.
  • Le site prend 4 % de commission sur chaque vente, à la charge de l’acheteur.

Seconde main by Kiabi : vêtements d’occasion toutes marques

  • Kiabi lui aussi se lance dans la vente de vêtements d’occasion.
  • Kiabi a lancé son sa boutique en ligne de vêtements d’occasion avec Seconde main by Kiabi. Il propose aussi la vente vêtements de seconde main directement en magasin.
  • Toutes les marques sont acceptées.
  • Ça fonctionne comme Vinted.
  • Il y a également un système de bonus de 20 % pour les personnes qui dépensent l’argent récolté sur le site Kiabi.
  • Chaque achat permet de bénéficier d’un bon de réduction à dépenser sur le site kiabi.

Micolet : boutique en ligne de vêtements d’occasion

  • Micolet c’est une boutique en ligne de vêtements d’occasion où les vêtements sont mis en ligne par la plateforme.
  • Pour vendre un vêtement, il faut qu’il réponde à certains critères, puis il faut les mettre dans un colis, demander une étiquette, puis expédier le tout. Tout cela est bien expliqué sur le site.
  • Ils prennent une commission de 25 % sur le prix de vente du produit + 1,5 € de frais de gestion + les taxes. Et pour les produits d’un prix de vente inférieur à 3 €, ils prennent 70 % de commission. Il faudra aussi compter 4,99 € de frais de collecte.
  • Le site présente beaucoup d’avantages pour les acheteurs, car tous les produits sont présentés de la même façon et il n’y a à payer qu’une fois pour les frais de port.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Pourquoi devriez-vous acheter vos vêtements en seconde main ?

Once again : boutique en ligne de vêtements d’occasion

  • Once again fonctionne de la même façon que Micolet.
  • Le vendeur doit expédier ses articles par lots de 15.
  • L’avantage est que l’envoi cette fois est gratuit !
  • Il n’y a pas de commission, mais une grille tarifaire, en fonction des vêtements. On peut la consulter en ligne pour connaître directement nos bénéfices futurs.
  • Il n’y a pas besoin d’attendre que le vêtement soit vendu pour toucher l’argent.

Leboncoin : site spécialisé dans l’occasion

  • Tout le monde connaît Leboncoin.
  • On y trouve de plus en plus de vêtements et on peut filtrer notre recherche en fonction de la marque, de l’état, etc.
  • À présent, il est possible de payer en ligne.
  • La vente peut même totalement se passer via la plateforme, et il est possible d’y télécharger l’étiquette Mondial Relais.
  • Il y a une messagerie instantanée.
  • Lorsque le paiement s’effectue sur la plateforme, leboncoin prend 4 % de commission.

La Marketplace Facebook : mise en relation des vendeurs et des acheteurs

  • La marketplace de facebook propose énormément de choix.
  • La plateforme est gratuite pour tout le monde.
  • Facebook met en relation les acheteurs et les vendeurs et ça s’arrête là.
  • Pour les ventes à distance, c’est à vous de vous débrouiller et espérer que tout se passe bien.
  • Dans l’idéal, la marketplace de Facebook reste l’endroit privilégié pour les ventes et les achats de proximité.

Ebay : site international neuf et occasion

  • Ebay : on ne le présente plus.
  • Il est possible de filtrer les résultats pour ne voir que les produits d’occasion.
  • La commission est cette fois-ci à la charge du vendeur.
  • La vente se passe totalement sur la plateforme puisqu’il est possible de télécharger le bordereau d’envoi sur le site à des tarifs préférentiels.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Louer ses vêtements plutôt que de les acheter

Et encore d’autres plateformes de seconde main…

Je ne vous ai volontairement pas parlé de certaines plateformes telles que Vide•Dressing ou Vestiaire Collective. En effet, j’ai lu tellement d’avis négatifs à propos de ces sites que j’ai préféré ne pas vous en parler.

Cette liste de plateforme de vêtements d’occasion est loin d’être exhaustive, car de nombreuses marques de prêt-à-porter se lancent à présent dans la vente de vêtements d’occasion. En fait, devant l’engouement des consommateurs envers les vêtements de seconde main, elles n’ont d’autres choix que de proposer ce service à leur tour.

Une autre alternative à l’achat de vêtements neuf est la location de vêtement.

Vous connaissez des plateformes, boutiques en ligne ou applications pour faire ses emplettes d’occasion ? Dites-le dans les commentaires.


Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

Laura Bégot

Je suis Laura Bégot, je vis en Bretagne et plus précisément dans le Finistère. J’ai 35 ans, mon conjoint aussi, mes enfants ont 13 ans, 6 ans et 2 ans. En 2015, j’ai pris la décision de supprimer les déchets de la famille. Je ne suis pas particulièrement écolo, mais j’ai toujours été sensible au sort de notre planète et de nos descendants. Cependant, je pestais après tous ces gouvernements qui n’en n’ont rien à faire, qui restent les bras croisés à attendre que l’on continue un peu plus à s’auto-détruire. Le monde entier est concerné mais rien n’est fait. J’ai compris récemment que s’il l’on veut que le monde change, il faut commencer par être le changement que l’on veut voir. J’ai compris que l’on peut agir. N’ayons pas peur de sortir du cadre. Au contraire, sortons du cadre et construisons une nouvelle façon de vivre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.