Litière : comment réduire les déchets de son chat ?

Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

En France, nos amis félins utilisent chaque année près de 600 000 tonnes de litière, qui sont autant de déchets produits. Ces déchets, la plupart du temps, ne sont ni recyclables, ni valorisables, car il s’agit pour l’immense majorité de litière minérale. Heureusement, il existe des solutions “zéro déchet” pour réduire l’impact écologique de la litière de son chat.

1/ Acheter de la litière végétale pour réduire les déchets

Lorsque votre chat n’est pas décidé à faire ses besoins dehors ou qu’il n’est pas possible de le faire sortir, il est impératif de lui proposer une litière qu’il faudra renouveler très régulièrement. Il existe 2 types de litière : minérale ou végétale. La litière minérale présente l’inconvénient de ne pas être biodégradable et doit être jeté uniquement dans une poubelle. L’alternative à cela est d’utiliser de la litière végétale. Elle a l’avantage d’être biodégradable et compostable.

D’ailleurs, certains pays comme la Suisse conseillent aux propriétaires de chats à passer à la litière végétale. Attention tout de même ! Même si la litière de chat végétale est biodégradable, il est fortement déconseillée de la jeter dans les toilettes. En effet, certaines marques mettent en avant cet argument, car la litière se désagrège au contact de l’eau. Seulement, n’oublions pas que les excréments de chats sont très susceptibles d’être contaminés par la toxoplasmose. Ce qui, par la suite, pourrait entrainer une contamination des eaux usées. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de prendre quelques précautions avant de jeter la litière pour chat. En effet, la litière peut être jetée dans son composteur domestique, mais il est préférable de ne pas utiliser son compost sur son potager dans les mois qui suivent, justement à cause du risque de contamination à la toxoplasmose.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  1Facture1Arbre : le réseau d’entrepreneurs engagés pour le reboisement des forêts françaises

Un autre avantage de la litière végétale est qu’il est possible de la trouver en vrac assez facilement. En effet, certaines grandes surfaces en proposent. Pour cela, vous devrez acheter une première fois le contenant en plastique proposé par le magasin et le remplir. Puis, il vous sera possible de revenir avec le contenant vide pour le remplir à nouveau. Le contenant est réutilisable de nombreuses fois.

2/ Habituer son chat à faire ses besoins dehors

Lorsque cela est possible, la solution en or est d’apprendre à son chat à faire ses besoins dehors. C’est assez simple à mettre en place, car cela se fait en général tout seul. Certains chats préfèrent d’eux-même faire leurs besoins à l’extérieur. Pour que cela se fasse sans soucis, je vous conseille de disposer une chatière sur la porte extérieure afin que votre chat puisse aller comme bon lui semble dehors.

Un conseil si vous ne souhaitez pas que les chats du voisinage ne viennent chez vous : il est possible d’activer seulement l’ouverture vers l’extérieur de la chatière, et bloquer l’ouverture vers l’intérieur. Ainsi votre chat peut sortir seul, mais ne peut pas rentrer par le même chemin. Sinon, il y a également la possibilité d’investir dans une chatière qui s’ouvre uniquement au passage de votre chat. Pour cela, il faut au préalable insérer une puce dans le cou de votre chat ou le faire porter un collier spécial.

Résumé pour supprimer les déchets de la litière de chat

Vous l’aurez compris, il existe des solutions pour réduire les déchets liés à la litière de son chat. Soit en achetant de la litière végétale, qu’il est possible la plupart du temps d’acheter en vrac, soit en habituant votre chat à faire ses besoins dehors.


Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

Laura Bégot

Je suis Laura Bégot, je vis en Bretagne et plus précisément dans le Finistère. J’ai 35 ans, mon conjoint aussi, mes enfants ont 13 ans, 6 ans et 2 ans. En 2015, j’ai pris la décision de supprimer les déchets de la famille. Je ne suis pas particulièrement écolo, mais j’ai toujours été sensible au sort de notre planète et de nos descendants. Cependant, je pestais après tous ces gouvernements qui n’en n’ont rien à faire, qui restent les bras croisés à attendre que l’on continue un peu plus à s’auto-détruire. Le monde entier est concerné mais rien n’est fait. J’ai compris récemment que s’il l’on veut que le monde change, il faut commencer par être le changement que l’on veut voir. J’ai compris que l’on peut agir. N’ayons pas peur de sortir du cadre. Au contraire, sortons du cadre et construisons une nouvelle façon de vivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.