7 raisons de ne pas commencer le zéro déchet

Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

Nous avons tous une vie différente et différents prétextes pour ne pas commencer le zéro déchet. Voici les raisons les plus courantes pour ne pas franchir le pas !

1/ Ma santé ? Je m’en fiche !

De toute façon, il faut bien mourir de quelque chose ! Et puis je fume, alors…” Ce prétexte, je l’ai entendu. Est-il vraiment légitime ? Eh bien, non, je ne suis pas de cet avis. En fait, le zéro déchet peut être vu comme le point de départ de changements importants dans sa vie

Par exemple, quand je me suis lancé dans le zéro déchet, mon but était de réduire mes déchets. Cependant, cela a eu de nombreuses conséquences dans ma vie. Des conséquences que je n’aurais pas imaginées : manger bio, plus sainement, moins de viande, consommer différemment, être plus écolo, etc.

Donc, même si on n’a pas une bonne hygiène de vie, il faut bien commencer par quelque chose ! Et même si, on n’a pas encore l’intention d’arrêter de fumer, ou de faire attention à son alimentation, ça peut venir par la suite. 

2/ Je n’ai pas le temps de commencer le zéro déchet

Je pense que cette réflexion, ça a été la pire que j’ai entendue. En fait, il faut bien comprendre que le zéro déchet, s’il est bien fait, vous fait gagner du temps et pas l’inverse.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Vidéo : Agir maintenant contre le changement climatique, Greta Thunberg

Alors, en plus, me prendre dans la figure : “Oui, mais toi, tu as le temps, moi non !”. J’ai 3 jeunes enfants quand même ! Alors, s’il y a bien quelqu’un qui a un emploi du temps chargé, c’est moi. 

Le manque de temps ne sera jamais une bonne excuse. Pour la simple et bonne raison, que tout est une question de priorité que l’on donne aux choses. On ne peut pas tous en faire autant, c’est vrai, mais on peut tous en faire au moins un petit peu. Je préfère encore l’excuse suivante… 

3/ J’ai trop la flemme de commencer le zéro déchet

On a tous des moments où on est un peu mous, on a juste trop la flemme. Ça arrive à tout le monde. Par contre, il ne faut pas que ça s’éternise, car là, ça devient un vrai problème. Et pas seulement pour le zéro déchet, mais aussi pour tous les autres aspects de notre vie.

4/ J’ai peur du jugement des autres

On n’a pas forcément envie de se faire remarquer quand on fait nos courses. Alors, faire comme tout le monde, c’est bien plus simple. Il faut juste comprendre une chose qui rend le zéro déchet bien plus simple aujourd’hui. C’est que tout le monde, absolument tout le monde, en a entendu parler. Ça rend la démarche bien plus simple. 

En 2015, je suis allée à la boucherie avec ma boîte réutilisable, pour acheter des steaks. J’ai demandé à un des bouchers de les mettre dans ma boîte. Il m’a répondu : “Bien sûr, pas de soucis !” Sauf qu’il n’a pas compris ce que je voulais. Il m’a emballé les steaks dans du papier, puis, il les a mis dans la boîte. Tout cela, en me disant : “C’est toute une organisation.” À ce moment-là, je n’ai pas osé lui dire que ce n’était pas ça que je voulais.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  My Little Cabane : une aventure zéro déchet

La fois suivante, j’y suis retournée, et j’ai précisé, au boucher présent, que je voulais la viande directement dans la boîte, sans papier. Il a regardé ma boîte avec étonnement, et a exécuté ma demande. 

Quand j’y suis retournée la fois d’après, un des bouchers m’a demandé pourquoi je faisais ça, si c’était pour une question de conservation, car ses collègues et lui, s’étaient posés la question. Je lui ai répondu que c’était juste pour réduire mes déchets

Maintenant, quand je vais là-bas, il y a un autocollant à l’entrée avec écrit “Ici, sacs à vrac et boîtes propres acceptés”. 

5/ j’ai mes habitudes, je ne vais pas les changer maintenant

En fait, si ! On passe toute notre vie à évoluer, à changer, à apprendre de nouvelles choses ! Même quand on pense qu’on n’a plus rien d’important à apprendre dans la vie, eh bien si ! C’est tout l’intérêt de la vie, on a toujours quelque chose de nouveau à découvrir. Et les habitudes sont faites pour être changées. Alors, allons-y…

6/ Je trouve que c’est trop compliqué

Moi, je ne pourrais pas ! C’est vraiment trop compliqué. Comment je ferai pour acheter mon jambon ? Chez le boucher ? Mais je serai obligé d’y aller tous les jours, car ça ne se conserve pas. Là, au moins, mon jambon est emballé, il va se conserver plus longtemps.” 

Quand j’ai commencé le zéro déchet, je mangeais de la viande tous les jours, voire même 2 fois par jour. Je ne pensais pas que réduire mes déchets aurait pour conséquence de me faire réduire ma consommation de viande. Et pourtant… 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  4 ans de zéro déchet : comment tout a commencé

C’est en lisant le livre de Béa Johnson que j’ai eu l’idée de me lancer le défi suivant : “manger végétalien pendant 40 jours”. Je me suis lancée dans ce défi dans le but d’essayer le végétalisme et aussi pour apprendre à manger sans consommer de viande. J’ai donc découvert énormément de saveurs que je ne connaissais pas, et de nombreuses façons de remplacer la viande. 

Je ne suis pas devenue végétalienne, ni même végétarienne, mais par contre, je mange très peu de viande. Le zéro déchet permet aussi de revoir ses priorités !

7/ Le zéro déchet, ça n’existe pas !

Je n’arriverai jamais à un bocal à la fin de l’année, c’est impossible”. En fait, il faut comprendre que même si on ne peut pas être 100 % zéro déchet, on peut quand même réduire nos déchets. Le zéro déchet est un objectif à atteindre. Cependant, se lancer, et faire ce que l’on peut, en y allant progressivement, c’est déjà un bon début. Découvrez mes 3 premières actions zéro déchet.

En résumé… 

On pourra trouver toutes les raisons que l’on veut pour ne pas faire le zéro déchet, mais en réalité, ce sont des excuses, qui servent à se déculpabiliser. Nous pouvons tous faire un effort. Mais pour cela, faut-il encore avoir l’envie de changer, ne serait-ce, qu’une seule de nos habitudes. 

Quel est selon vous, le pire des prétextes pour ne pas commencer le zéro déchet ?


Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

Laura Bégot

Je suis Laura Bégot, je vis en Bretagne et plus précisément dans le Finistère. J’ai 35 ans, mon conjoint aussi, mes enfants ont 13 ans, 6 ans et 2 ans. En 2015, j’ai pris la décision de supprimer les déchets de la famille. Je ne suis pas particulièrement écolo, mais j’ai toujours été sensible au sort de notre planète et de nos descendants. Cependant, je pestais après tous ces gouvernements qui n’en n’ont rien à faire, qui restent les bras croisés à attendre que l’on continue un peu plus à s’auto-détruire. Le monde entier est concerné mais rien n’est fait. J’ai compris récemment que s’il l’on veut que le monde change, il faut commencer par être le changement que l’on veut voir. J’ai compris que l’on peut agir. N’ayons pas peur de sortir du cadre. Au contraire, sortons du cadre et construisons une nouvelle façon de vivre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.