Quand les grandes surfaces se mettent au zéro déchet

Grande surface et zéro déchet

Il y a quelques jours, ma fille avait une sortie scolaire organisée avec sa classe, et il fallait amener un pique-nique. Et chez nous, les pique-niques sont préparés en mode zéro déchet. Ainsi, j’avais prévu de lui faire un sandwich au jambon, et j’étais aussi en panne de café. Or, nous étions lundi, jour de la semaine où mon magasin de café préféré est fermé. Le seul autre magasin de ma ville qui vend du café en vrac est le Leclerc, et le boucher où j’achète mon jambon habituellement est à l’autre bout de la ville. Donc, étant plutôt pressée, je me suis dit que j’allais faire d’une pierre deux coups, en allant en grande surface acheter mon jambon et mon café. Et ça me permettrait de voir, par la même occasion, s’ils acceptent les contenants des clients.

Pour être informé dès la sortie d’un nouvel article sur le blog et également recevoir gratuitement 3 fiches recettes, inscrivez-vous à la newsletter.

Acheter du jambon sans emballage

Ou comment se faire refouler avec sa boite dans une grande surface

Alors, j’y suis allée avec ma boite en inox et mon pochon en tissu. J’arrive au rayon charcuterie où je présente ma boite à la vendeuse et lui demande :

  • Vous seriez d’accord pour me servir du jambon dans ma boite ?
  • Non ça c’est pas possible non.
  • Ah bon pourquoi ? Je fais ça tout le temps et je n’ai jamais eu aucun refus.
  • Et ben nous on refuse c’est la politique du magasin. Vous n’êtes pas la première à venir comme ça.  Alors on a mis un écriteau.
  • Du coup c’est “ce” Leclerc qui refuse? (car j’ai déjà acheté des saucisses dans un autre Leclerc).
  • C’est comme ça, c’est la politique du magasin.
  • Bon. Ben tant pis j’irai au Super U alors !
  • Ce n’est pas de ma faute, je ne fais qu’appliquer la politique du magasin.

Je n’en veux pas à cette pauvre dame, bien que pas très sympathique, mais j’espère qu’elle répétera la discussion à son supérieur.

Acheter du café sans emballage

Ou comment avoir peur de se faire refouler encore une fois

Étape suivante, acheter du café. Je me suis tournée vers le rayon vrac. Bon je fais quoi ? Je vais aussi me faire refouler avec mon pochon en tissu ? Réflexion faite, je décide de prendre le strict minimum en café, je ne vais pas leur filer mes thunes après ça… Je choisis bien ma caissière et c’est passé sans problèmes. Puis, je suis allée au Super U pour acheter mon jambon.

Pique-nique zéro déchet

Faire progresser le zéro déchet

Lutter contre les pratiques “anti zéro déchet”

Ou comment donner son avis pour faire entendre sa voix

Avis google map et zéro déchet

Suite à mon passage au Leclerc, mon application Google Maps me propose de laisser un avis sur le Leclerc. Et oui ! Quelle bonne idée ! En regardant les avis de plus près je vois que certaines fois la direction y répond.

Hop ! Avis déposé :

Déçu de ce magasin qui n’a même pas voulu me servir du jambon dans la boîte que j’avais apporté. La raison de la vendeuse : “C’est la politique du magasin, il y a même un écriteau !” Ils n’ont pas l’air de beaucoup se soucier des questions environnementales dans ce magasin ! Pour info, voici la réglementation de la norme sanitaire sur le commerce de détail : Source DGAL/SDSSA/2017-164 : “Cas particulier de la remise de denrées dans un contenant du consommateur en distribution et métiers de bouche : Afin de réduire la production de déchets liés aux emballages, des pratiques de vente de denrées sans conditionnement, avec remise des denrées directement dans un contenant appartenant au consommateur se développent. Des recommandations doivent être délivrées au consommateur par le professionnel si le conditionnement s’avère manifestement inadapté (propreté du conditionnement, aptitude au contact alimentaire…). “

Quelques jours plus tard, voici la réponse :

Bonjour Madame, Nous nous soucions tout autant des questions environnementales que de la sécurité alimentaire. Les magasins sont soumis à l’obligation de résultat en matière de sécurité alimentaire prévue par le règlement (CE) n°178/2002 et notre responsabilité pourrait être engagée en cas d’intoxication alimentaire due à l’utilisation d’un contenant client contaminé. Par principe de précaution, nous avons jusqu’ici préféré l’utilisation de nos propres emballages. Nous sommes actuellement en cours de réflexion pour trouver une solution à la fois écologique et sans risque. Bonne journée, La direction.

Alors perso, quand j’entends ça, je me dis qu’ils prennent vraiment les gens pour des… “êtres dénués de cerveaux“. Ils s’imaginent que les clients seraient susceptibles d’apporter des boîtes “crados“. Que leurs vendeurs ne seraient pas non plus capables de faire la différence entre une boîte propre et une boîte sale ?

À coté de ça, les rappels de produits, eux, s’accumulent… Dernier en date le 8 mars 2019 : des haricots verts contenant une plante hautement toxique : la Datura stramonium. Enfin bref, un exemple parmi tant d’autres…

Le zéro déchet se démocratise

Et puis voilà que quelques jours plus tard, j’entends que Carrefour accepte dorénavant les contenants des clients. Il faut qu’ils soient propres, secs, transparents et munis d’un couvercle. Allez hop ! Partage de l’article sur la page facebook. Et dans les commentaires, petite notification au Leclerc de ma ville, pour en rajouter une couche.

Carrefour démocratise le zéro déchet

Pour la blague, je ne peux m’empêcher de vous partager cet article d’Olivier qui a testé de venir avec ses contenants chez Carrefour.

L’appel de Zero Waste France aux grandes surfaces

Suite à cette avancée, Zero Waste France lance un appel aux enseignes de la grande distribution, afin de les inciter à accepter les contenants que les clients apportent. Voici la lettre ouverte de Zero Waste France. Je suis impatiente de connaitre les réponses des dirigeants !

Affaire à suivre… Et vous, avez-vous déjà réussi à convaincre un commerce de changer ses habitudes ?

Furoshiki emballage zéro déchet

Source : DGAL/SDSSA/2017-164

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.