Le fléau des bouteilles en plastique

Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

En France, nous consommons chaque jour 25 millions de bouteilles en plastique. C’est une catastrophe écologique quand on sait que la quasi-totalité des Français a accès à l’eau potable directement à domicile. Mais alors, pourquoi consomme-t-on autant de bouteilles en plastique ? Qu’avons-nous comme solutions pour résoudre ce fléau ? 

Le recyclage des bouteilles en plastique

Seulement 60 % des bouteilles en plastique sont recyclées en France. D’où vient ce faible score ? Cela peut venir du fait que le recyclage n’est pas toujours facilement accessible. 

Le recyclage à la maison

Il faut un minimum d’espace pour stocker les bouteilles avant de les emmener volontairement aux collecteurs de tri. Ces collecteurs sont souvent peu pratiques, notamment pour les personnes âgées… 

En mettant en place les poubelles jaunes, les communes incitent les citoyens à recycler leurs déchets et facilitent grandement le recyclage quotidien pour tout le monde. 

Le recyclage au travail

Un autre problème vient de l’absence de politique de recyclage au sein des entreprises. Je me souviens qu’à l’époque où j’étais salariée, il n’y avait pas de politique de tri des déchets, mais seulement une poubelle commune où tout était jeté en même temps : papier, plastique, verre et autres détritus. 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Too good to go : l'appli anti gaspi

Cependant, des solutions simples existent pour faciliter le recyclage du plastique sur son lieu de travail. 

Par exemple, en faisant appel à une entreprise spécialisée dans le recyclage au bureau. L’entreprise se charge de collecter les déchets en mettant à disposition une ou plusieurs box. 

Les conséquences du plastique dans la nature

Le fléau des bouteilles en plastique n’est pas à prendre à la légère. En effet, lorsque le plastique n’est pas jeté au bon endroit, il se retrouve dans l’océan. Cela concerne, chaque année, entre 4,8 et 12,7 millions de tonnes de ces déchets. Et cela engendre une multitude de conséquences. Il y a d’abord les déchets plastiques visibles à l’œil nu, qui emprisonnent des animaux marins. On a tous vu cette image… 

Pollution des océans avec des bouteilles en plastique

Et puis, il y a les déchets moins visibles, ceux qui engendrent le plus de problèmes : ce sont les microplastiques. Ils ont plusieurs origines, notamment celui des bouteilles en plastique. En fait, le plastique une fois dans l’eau se décompose en de multitudes de petits fragments. Ils deviennent si minuscules, que l’on ne les voit plus à l’œil nu. Ces petits fragments se retrouvent dans notre alimentation, l’eau que l’on boit, et même dans l’air que nous respirons. 

Les solutions pour supprimer les bouteilles en plastique

Supprimer les bouteilles en plastique permettrait de réduire considérablement la pollution des océans. Tout d’abord, en buvant l’eau du robinet qui d’ailleurs est extrêmement contrôlée. Il existe des solutions, si vous souhaitez tout de même prendre des précautions supplémentaires. Notamment, des filtres à charbon ou perles en céramiques, pour filtrer les résidus qui peuvent être encore présents dans l’eau. Si le goût de l’eau du robinet vous répugne, il existe une astuce toute simple : faites couler l’eau froide de votre robinet à fond pendant 3 secondes. Servez-vous, le goût de chlore a disparu. 

Les lecteurs de cet article ont également lu :  La décroissance soutenable dans notre maison ! Ce qu'il faut savoir

Si malgré tout, vous devez acheter une bouteille d’eau pétillante, de limonade ou autre, privilégiez dans ce cas-là le verre. En effet, il est recyclable à l’infini, et même s’il se retrouve malencontreusement dans la nature, il reste inerte, contrairement au plastique. 


Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

Laura Bégot

Je suis Laura Bégot, je vis en Bretagne et plus précisément dans le Finistère. J’ai 35 ans, mon conjoint aussi, mes enfants ont 13 ans, 6 ans et 2 ans. En 2015, j’ai pris la décision de supprimer les déchets de la famille. Je ne suis pas particulièrement écolo, mais j’ai toujours été sensible au sort de notre planète et de nos descendants. Cependant, je pestais après tous ces gouvernements qui n’en n’ont rien à faire, qui restent les bras croisés à attendre que l’on continue un peu plus à s’auto-détruire. Le monde entier est concerné mais rien n’est fait. J’ai compris récemment que s’il l’on veut que le monde change, il faut commencer par être le changement que l’on veut voir. J’ai compris que l’on peut agir. N’ayons pas peur de sortir du cadre. Au contraire, sortons du cadre et construisons une nouvelle façon de vivre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.