Faire le vide

J’ai commencé à faire le vide autour de moi.

Dans la cuisine, j’ai enlevé de mes étagères les vielles tasses que je n’utilisais jamais, de vieilles assiettes, des casseroles, etc. Toutes ces choses qui encombraient ma cuisine. Le strict nécessaire me permet de trouver facilement les choses dont j’ai besoin au quotidien.

Je n’ai pas fait le calcul, mais combien de temps passons-nous à chercher nos affaires ?

Dans ma chambre, j’ai enlevé les vêtements que je n’aimais pas trop, ou que je ne mettais que rarement. Ca fera moins de choses à laver. 

Dans le bureau, j’ai enlevé un casier de rangement qui encombrait, des CD, des papiers, de vieux dessins, des crayons et toutes les fournitures de bureau qui vont avec.

Dans la chambre de ma fille, j’ai enlevé 50 % de ses jouets, soit parce qu’ils étaient abîmés ou cassés, soit parce qu’elle ne jouait jamais avec. J’ai enlevé 80 % de ses livres. En contrepartie, j’ai pris pour elle un abonnement à la bibliothèque : 2 € l’année contre 5 € un livre acheté, pourquoi s’en priver !

Et maintenant, ma fille retrouve ses affaires !

Dans la salle de bain, j’ai enlevé les différents tubes de crème. J’en avais pour les mains, pour les pieds, pour le corps, pour les cheveux, pour la cellulite, pour les vergetures… J’ai enlevé toutes ces choses qui, au final, ne me servaient pas.

Ceci est un premier tri, mais comme je stocke temporairement toutes ces affaires dans ma cave, elle est maintenant bien encombrée. La prochaine étape est de donner, vendre, recycler… Et recommencer à désencombrer.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Economiser l'eau

Et vous, comment procédez-vous pour faire le vide ?

Laura Bégot

Je suis Laura Bégot, je vis en Bretagne et plus précisément dans le Finistère. J’ai 35 ans, mon conjoint aussi, mes enfants ont 13 ans, 6 ans et 2 ans. En 2015, j’ai pris la décision de supprimer les déchets de la famille. Je ne suis pas particulièrement écolo, mais j’ai toujours été sensible au sort de notre planète et de nos descendants. Cependant, je pestais après tous ces gouvernements qui n’en n’ont rien à faire, qui restent les bras croisés à attendre que l’on continue un peu plus à s’auto-détruire. Le monde entier est concerné mais rien n’est fait. J’ai compris récemment que s’il l’on veut que le monde change, il faut commencer par être le changement que l’on veut voir. J’ai compris que l’on peut agir. N’ayons pas peur de sortir du cadre. Au contraire, sortons du cadre et construisons une nouvelle façon de vivre.

3 pensées sur “Faire le vide

  • 27 juillet 2016 à 9 h 37 min
    Permalink

    Oui je pratique ce débarras depuis longtemps, mais les encombrants de toutes natures (en bon état) reviennent comme la poussière, depuis que la Ville ne les laisse plus à la disposition libre des résidents.
    Avez- vous une astuce pour que chacun puisse se servir librement sur la voie publique ?
    J’ai mis en place un système de “libre service” dans mon immeuble, mais n’ai pas trouvé d’autre solution … et la cherche toujours …
    Merci !

    Répondre
    • 29 juillet 2016 à 16 h 10 min
      Permalink

      Il est important de bien réfléchir au moment de l’achat afin d’éviter justement ce genre de situation. Cependant, on ne naît pas minimaliste on le devient. Je pense que la vente sur la voie publique est illégale. Il existe plusieurs moyens pour se débarrasser de ses affaires : groupes facebook, dépôt-vente/brocante, vide maison, Emmaüs, ressourcerie, foire aux puces, leboncoin, ebay. Certains professionnels se déplacent.

      Répondre
      • 30 juillet 2016 à 7 h 48 min
        Permalink

        Merci Laura pour ces conseils très avisés et utiles.

        Pour vendre, bien sûr direction “le bon coin” / un “vide grenier” / un “dépôt vente” … , de donner en nombre : “emmaüs” / “la croix rouge” / “le secours populaire” ou autre (en nb, sinon ne sont pas intéressés et le disent). Là, il ne s’agit pas de “vendre sur la voie publique sans autorisation préalable”, ce qui est 100% illégal, indique que le “vendeur” désire en contrepartie des € (pas le cas ici, la gratuité et le don étant n°1). Sans doute me suis je mal expliqué …

        Ici tout est à 0€ = 100% gratuit & en “total libre service” sur le devant de l’immeuble au point de ramassage défini (encombrants = cf définition) & sans être là = à prendre par les passants, ce qui se faisait en toute liberté il y a peu, les “encombrants” restant (partant serait + juste) tout le WE (2 jrs), chacun y faisait alors librement son “marché”, et les TBE profitaient ainsi librement à d’autres qui les prenaient. Maintenant dépôt =1 seule nuit autorisée puis ramassage à 7h le lendemain matin par la Ville = devenu très difficile, voire impossible.

        Au plaisir de vous lire sur “la prise des encombrants par la Ville & en TBE mais devenus non libres d’accès”

        Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :