Brocante et dépôt-vente pour des occasions en or

Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

Quand j’étais petite, j’allais souvent faire les brocantes et les dépôts-ventes avec mes parents. J’aimais bien l’odeur des vieilles choses, des vieux meubles. Il y avait des affaires que l’on ne trouvait nul part ailleurs puisqu’elles ne se fabriquaient plus. Et puis en grandissant, je n’y suis plus allée jusqu’à ce que je redécouvre le plaisir de me balader dans une brocante, et tout ça grâce au zéro déchet.

Brocante : prolonger la durée de vie des objets

La troisième règle du zéro déchet est de réutiliser. Ce qui, en pratique, signifie de prolonger la durée de vie des objets. Et cela passe par l’achat d’occasion. Au début de ma démarche, je me suis pas mal creusé la tête pour savoir de quelle manière, je pouvais trouver du matériel d’occasion et facilement ! Puis, je me suis souvenue de mes promenades d’enfant dans les brocantes.

Les brocantes ou dépôts-ventes, en donnant une seconde vie aux objets, participent activement dans la mise en pratique de l’économie circulaire et locale. En effet, c’est l’endroit parfait pour acheter d’occasion, et aussi pour désencombrer sa maison. Pourquoi n’y avais-je pas pensé avant ? Aujourd’hui, on a accès à tellement d’outils avec internet qu’on en oublie l’essentiel. On oublie ce qui marche.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Comment s’équiper pour camper zéro déchet

Brocante : le plaisir de flâner

Et au-delà, du fait de prolonger la durée de vie des objets, il y a le plaisir de flâner dans ces endroits remplis d’objets pleins d’histoires ! Sans oublier tous les souvenirs que peuvent provoquer certains objets quand nous les voyons. Ça peut être une tasse, un disque vinyle, un meuble que l’on avait dans notre enfance… 

J’ai ressenti les mêmes sensations que lorsque j’étais enfant : l’odeur des vieilles choses… Et des souvenirs de mon enfance me sont revenus. Et oui, j’aime autant ça aujourd’hui.

Personnellement, je trouve ce genre de sortie bien plus enrichissante et agréable que les sorties shopping dans des magasins de vêtements !

Comme on adore se promener dans les brocantes, c’est devenu notre petit rituel du dimanche. On n’y trouve pas toujours ce que l’on cherche, mais parfois, on tombe sur un objet dont nous avons besoin.

Brocante : pour trouver des objets du quotidien

Alors, quand mon mari et moi, nous nous sommes mis à la recherche d’une table en bois massif, nous avons décidé d’aller nous promener dans les brocantes du coin.

Ce jour-là, nous n’avons pas trouvé la table que nous cherchions, mais un joli canapé en cuir à 490 €, et des bocaux Le Parfait neufs : 4 € les 4, au lieu de 4 € le bocal en magasin.

C’est comme ça que nous avons déniché par la suite :

  • des verres ballons
  • un entonnoir en inox
  • une grande marmite en inox
  • un bol Banania
  • un set de couverts
  • une louche en inox
  • un matelas : pour le coup, je vous déconseille fortement d’acheter ce genre de produits dans un dépôt-vente. Le matelas que nous avons acheté était neuf, mais ça ne nous a pas empêché de nous retrouver infestés de punaises de lit.
  • un casque de vélo
  • une patère de porte
  • une plaque à induction pour le camping
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Natacha du blog Heureux sans couches sur l'hygiène naturelle infantile

En effet, les brocantes vous permettront de vendre des objets dont vous n’avez plus l’utilité et de trouver ce dont vous avez besoin.

Et vous ? Quels sont les lieux qui vous permettent de dénicher des objets d’occasion ?


Si l'article vous plaît, soyez libre de le partager :)

Laura Bégot

Je suis Laura Bégot, je vis en Bretagne et plus précisément dans le Finistère. J’ai 35 ans, mon conjoint aussi, mes enfants ont 13 ans, 6 ans et 2 ans. En 2015, j’ai pris la décision de supprimer les déchets de la famille. Je ne suis pas particulièrement écolo, mais j’ai toujours été sensible au sort de notre planète et de nos descendants. Cependant, je pestais après tous ces gouvernements qui n’en n’ont rien à faire, qui restent les bras croisés à attendre que l’on continue un peu plus à s’auto-détruire. Le monde entier est concerné mais rien n’est fait. J’ai compris récemment que s’il l’on veut que le monde change, il faut commencer par être le changement que l’on veut voir. J’ai compris que l’on peut agir. N’ayons pas peur de sortir du cadre. Au contraire, sortons du cadre et construisons une nouvelle façon de vivre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.