Mes courses en vrac

Courses en vrac zéro déchet

Le vendredi est le jour des courses. J’ai choisi ce jour car je peux y aller après ma journée de travail et sans les enfants. Je commence les courses à 18h.

Faire ses courses en vrac : mode d’emploi

Le magasin bio

Je me rends tout d’abord au magasin bio de ma ville. J’ai avec moi deux sacs, plusieurs bocaux, des sachets en papier et une ou deux boîtes à œufs.

J’utilise des sachets en papier en attendant d’avoir cousu des sacs en tissu réutilisables.

Je me sers des sachets en papier pour me servir en fruits et légumes. Je me sers des bocaux en verre pour me servir en pâtes, proposées en vrac.

Est également proposé en vrac : riz, chocolat, semoule de couscous, lentilles, fruits secs, sucre, amandes, lessive, produit vaisselle… Les aliments en vrac varient beaucoup d’un magasin à l’autre. Dans celui-ci, on trouve surtout les aliments de base. On ne trouve pas la farine en vrac, mais en gros conditionnement, c’est déjà pas si mal… 

Une fois que j’ai fait ça, je vais voir la commerçante et lui demande de mettre du fromage et des olives dans mes bocaux.

Lorsque j’ai fini mes courses, la commerçante pèse mes bocaux un à un et déduit le poids de chaque bocal. J’ai préalablement écrit le poids de chaque bocal sur le verre avec un crayon permanent. Je paie et refuse le reçu.

Le charcutier-traiteur

Ensuite, je me rends chez le charcutier-traiteur avec un nouveau sac et des bocaux. Je demande : « Je voudrais du jambon dans ce bocal, s’il vous plaît, 10 tranches , merci. » Et je tends mon bocal. Je surveille bien qu’on ne m’emballe pas le jambon dans du papier avant de le mettre dans le bocal. Avec ça je prends des saucisses, du pâté et un saucisson sec. C’est vendredi soir, c’est aussi le jour de l’apéro !  Je paie et refuse le reçu.

La boulangerie

Je vais ensuite à la boulangerie et j’achète 10 baguettes. Je refuse le sac en papier pour mettre le pain, mes bras feront l’affaire ! Je paie et refuse le ticket.

Dernière étape, la plus pénible, je vais au centre commerciale. Je prends un caddie, je me rends au rayon vin. Je prends ce qu’il faut en vin pour le week-end. Je me rends au rayon bébé, j’achète du lait deuxième âge conditionné dans des briques recyclables, elles-mêmes entourées d’un carton, recyclable lui aussi. Je me rends au rayon lait et j’achète des briques de lait, j’enlève le plastique qui entoure les briques et je le laisse dans le rayon. Ce n’est pas l’idéal mais peut-être que si tout le monde refusait le plastique, les industriels cesseraient d’en mettre partout. Certaines fois, je fais aussi le plein de beurre. J’ai trouvé un beurre qui est emballé dans du papier compostable. Je vais à la caisse, je paie et refuse le ticket.

Et voilà comment il est possible de faire ses courses en vrac !

Lorsque j’arrive chez moi il ne me reste plus qu’à décharger la voiture, mettre les bocaux au frigo ou dans le placard, mettre les légumes au frigo, ranger le lait, congeler une partie du beurre, couper les baguettes en 2 et les congeler. Je mets également le carton des briques de lait dans le bac à recyclage.

Au magasin bio, la commerçante m’a félicité en me disant : « Si tout le monde pouvait faire comme vous ! » Morale de l’histoire : N’ayons pas peur de changer le monde…

Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens engagés et réfléchis puisse changer le monde. En réalité c’est toujours ce qui s’est passé. » Margaret Mead, anthropologue américaine

Laisser un commentaire